Il y a un petit bout de femme que j'ai toujours adorée, c'est mémère Simone, la grand-mère de mon mari, aujourd'hui disparue de notre champ de vision, mais toujours dans notre coeur. C'est sa grand-mère à elle qui portait le nom de ZILLIG. Célina Sidonie, ce prénom est une douce mélodie à mes oreilles depuis que j'ai commencé ma généalogie.

Les ZILLIG seront certainement une branche perdue encore pour longtemps, car je remonte en Prusse Rhénane en l'an... 1795, dernière date connue.

Célina est née à Francheval (Ardennes) en 1852, son père Jean-Baptiste y est aussi né en 1819, quant à son grand-père, Jean-Mathieu, il est né le 03.08.1795 à Rheinböllen en Prusse Rhénane Allemagne. Il est décédé à Francheval lorsque Célina avait 10 ans.

Voilà mon Prusse dont je vous parle de temps en temps, mais en fait, il a déjà été Français. Il habitait toujours le même village, mais de Prussien de 1795 à 1797, il a passé quelques années Français de 1797-1814, pour redevenir Prussien, enfin, conféré Germanique... 

Le traité de Paris, en 1814 a redessiné le territoire Français redonnant ainsi, ce qui appartenait à Paul, à Paul et ainsi de suite... Donc en 1814, le département Français du Rhin-Moselle fût dissous et tous les habitants changèrent de nationalité, enfin, il n'était pas le seul département.

Jean-Mathieu a demandé sa naturalisation le 13 avril 1840. Sur son dossier, on peut lire qu'il est arrivé en France en 1815, s'y est marié en 1821, qu'il a un fils qui a connu le sort de la conscription et que donc:" considérant qu'il résulte des pièces produites que le sieur Zillig habite la commune de Francheval depuis 1815, qu'il y est marié avec une Française le 11 mars ( euh c'est en février, pas en mars!)1821; que pendant tout ce temps il s'y est comporté de manière à s'atirer l'estime de tous les habitants et de l'autorité locale...etc..." Il est arrivé en France en 1815 afin de recouvrer ses droits et avantages Français que le traité de 1814 lui avait fait perdre.

Il a eu beaucoup de mal à se faire envoyer son acte de naissance, mais celui-ci fut signé en juin 1848, puis traduit et certifié en avril 1850!

Zillig

C'est ainsi, par la séance  du conseil d'État du 4 janvier 1851 que le sieur Zillig devient enfin Français, un an et demi avant la naissance de sa petite-fille Célina, 11 ans et demi après sa demande et tout autant avant son propre décès... Cela faisait 36 ans qu'il vivait en France.

Comment faire pour remonter la piste de ses parents?