Voilà ce que je réponds à la question qui est de savoir pourquoi je fais la généalogie de mes enfants, "pour X bonnes raisons!"

D'abord, parce que je n'ai pas besoin de me justifier sur mes choix, mes passe-temps (si vraiment je dois en avoir besoin), mes dadas.

On m'a souvent dit que la généalogie n'était pas une "science" exacte, car si on peut être sûr de la mère, rien ne prouve l'identité du géniteur... Ah cela, je réponds qu'un père, c'est celui qui élève, qui nourrit, qui habille et bien souvent, heureusement, qui aime et qui a reconnu l'enfant pour le sien et cela est valable pour toutes les époques, aujourd'hui encore.

Mes X raisons... La première est comme beaucoup je suppose, savoir d'où l'on vient et pour paraphraser Antonio Gramsci, savoir où l'on va... Mouais.... Ben pas loin dans ce cas, juste devant mon PC. Donc je m'en arrête à savoir d'où je viens.

Quel est l'intérêt que l'on peut qualifier de curiosité malsaine à connaitre l'histoire de nos ancêtres, essayer de décortiquer leur vie?

J'ai beau chercher... Je n'en vois aucun... à part que ça me plaît, donc je continue!

J'ai un esprit de détective, si une question me vient en tête, il me faut une réponse, je vais fouiner partout jusqu'à ce que je sache. La généalogie m'a beaucoup calmé sur ce point, parce que des questions, il y en a tant que je ne peux y répondre aussitôt. J'ai cherché pendant plus de 12 ans un arrière-grand-père Achille, pour ne pas en savoir plus sur lui au final... Je vis avec, à mes côtés, ma très chère Léonie disparue depuis 40 ans... J'ai appris bien tardivement qu'elle avait beaucoup de frères et soeurs, j'ai eu le temps d'en rencontrer 3 (beau cadeau de la vie), j'ai rencontré mes nombreux cousins, alors que j'ignorais leur existence. D'ailleurs, "savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va", lors d'une cousinade, on se rend bien compte que les cousins ne sont pas tous arrivés au même endroit! Et pourtant nos arrière-grands-parents étaient les mêmes! 

Mon premier challenge était de remplir jusqu'à la 6ème génération de mes enfants, puis vint la 7ème, la 8ème... Aujourd'hui, j'en suis à combler la 9ème, ça devrait le faire, ce n'est pas si vieux! Mon "devoir" s'arrêtera à la dixième (que je me dis!), mais après 10, il y a 11! De mon côté, il me reste deux personnes à remonter, mais du côté de mon mari, il en reste pas mal à découvrir et avec une partie en Belgique ou au Luxembourg, ça me paraît bien compliqué!

roue                          Les cases noires sont celles perdues à jamais, le géniteur étant inconnu!

Et puis, comme je suis une passionnée d'histoire, j'aime à découvrir comment vivaient mes ancêtres et les rares fois où j'ai pu me rendre dans leurs fiefs ont été emplies d'émotions très vives. "Coucou vous, me voilà!" J'étais là, avec eux et ils étaient là, avec moi... J'avais adoré faire ce que j'ai nommé mon périple, 15 jours seule aux archives départementales qui sillonnaient la route de mes ancêtres! Un pur bonheur, juste eux et moi!

Ah oui, c'est aussi une raison pour laquelle je fais ma généalogie, je ne supporte pas le bruit, les odeurs, les contraintes d'aucune sorte et je vis avec mes aïeux qui eux sont silencieux entre autres choses! 

Et puis, la généalogie nous fait peser le fait de ce que nous sommes devant l'immensité qu'est l'histoire, le nombre de nos ancêtres... Petit à petit, notre monde s'est construit, il est devenu tel qu'il est aujourd'hui grâce à eux, qu'ils étaient petites gens ou grands seigneurs, ils ont tous contribué à l'avenir, pour nous et après eux, c'est à nous, avec nos valeurs, de laisser notre héritage à nos descendants.